Portraits

Hakim Aouani (Euro Latina Finance) : M&A et brassages culturels

Envoyer à un ami Imprimer

Hakim Aouani

L’ancien patron des M&A de Casino est à la tête de sa propre boutique depuis 2010. Passionné d’international, et surtout d’Amérique latine, il a dernièrement conseillé l’Américain Advent dans son acquisition de Walmart Brésil.




Hakim Aouani a passé la barre des 500 voyages au Brésil il y a quelques semaines. Celui qui a fondé il y a huit ans Euro Latina Finance, maison spécialisée dans les M&A entre l’Europe et l’Amérique latine, profite de ses trajets et décalages horaires pour lire (beaucoup) ou courir à l’aube. Rien d’étonnant alors à ce que ce fils de père marocain et de mère italienne cite comme dernière lecture L’Art de perdre, un livre sur la décolonisation de l’Algérie. Car Hakim Aouani, titulaire de trois nationalités, est un passionné d’international. Ce père de quatre enfants insiste d'ailleurs sur l’apprentissage des langues : "Les langues, c'est ce qui permet l'accès à différentes cultures".

Hakim Aouani en parle lui-même sept : l’arabe, l’italien, le français, l’anglais, le portugais, l’espagnol et le japonais. Outre la rigueur technique - socle des conseils en opérations M&A -, le CEO d’Euro Latina estime incontournable la connaissance de la culture de chaque pays dans le cadre de deals cross border. Et plus encore : les différences dans les États eux-mêmes. "On ne négocie pas de la même façon à Rio qu'à São Paulo. Pourtant les deux villes ne sont séparées que par une heure d’avion." Hakim Aouani cite ainsi Antônio Carlos Jobim (auteur de Garota de Ipanema - The Girl from Ipanema) qui dit ceci : "Le Brésil n’est pas un pays d’amateurs". Autre exemple, un dicton Colombien : "Celui qui n’écoute pas les conseils vieillit mal".

Voilà pour la théorie. En pratique, Hakim Aouani évoque la place qu’occupe l’empathie en Amérique latine dans les négociations ("il faut 3 doses de QE pour une dose de QI dans cette région, et non l’inverse comme en Europe") ou encore les relations tactiles de l’autre côté de l’Atlantique, qui font partie d’un ensemble d’éléments à ne surtout pas négliger "pour négocier de manière efficace". "J'ai mon hémisphère gauche européen qui parle à mon hémisphère droit émergent", résume Hakim Aouani. Ce dernier conseille ses clients sur les deals à faire mais aussi à ne pas faire, dans ces terres pleines d’opportunités mais où les risques peuvent être nombreux. Il travaille beaucoup en amont des opérations et prépare l’après-deal avec ses clients. Il peut ainsi orienter les entreprises et les fonds sur le choix des administrateurs qui les représenteront, préparer des cadres à aller sur place etc.

Cet "ADN corporate", Hakim Aouani a notamment pu le développer chez Casino. Au sein de la firme de Jean-Charles Naouri - où il a passé une douzaine d’années - Hakim Aouani a notamment mené des investissements. Parmi les deals qu’il a opérés: 3 milliards de dollars investis au Brésil dans Grupo Pao de Açucar et un milliard en Colombie dans Almacenes Exito. Membre du comité exécutif du distributeur, il a été en charge des M&A mondiales, des participations et des affaires financières.

C’est à un peu plus de 40 ans qu’Hakim Aouani a décidé de s’installer à son compte. Depuis, il a été conseil sur une vingtaine de transactions réussies sur plus de 50 projets au total. Sachant que sont dénombrées en moyenne une trentaine de M&A entre la France et le Brésil chaque année, dont une demi-douzaine de transactions de taille importante, ce qui correspond à son cœur de métier. Hakim Aouani a notamment été aux côtés d’Elis dans l’acquisition de la société Lavebras au Brésil, laquelle a été la seconde transaction la plus importante d’une société française en 2016 au sein du pays. Il a planché pour Advent sur l’acquisition de Walmart Brésil (8 Mds€ de CA), transaction très structurante au Brésil pour le secteur de la grande distribution. Il représente en Europe les intérêts stratégiques, politiques et financiers d’une des cinq premières capitalisations brésiliennes.

Euro Latina a ainsi des bureaux à Paris mais aussi à São Paulo et Medellín. Son équipe est composée d’une dizaine de personnes, presque toutes quadrilingues et qu’il a connues par ses réseaux. "Ils ont évidemment un esprit analytique, de la rigueur, mais aussi de l’empathie. Ils sont résolument centrés autour de l’intérêt du client", explique Hakim Aouani, qui a commencé au sein de la banque Worms (aujourd’hui Deutsche Bank) et HSBC, après des études à Supélec et HEC. Tous, chez Euro Latina, contribuent aux négociations. Pour sa part, le CEO en a menées plus de 200 au cours de sa carrière. Il compare ces mois de travail sur chaque dossier unique à la course de fond – qu’il pratique lui-même, où tous les kilomètres comptent. Jusqu’au dernier.